Energie


 

Les énergies fossiles, et en particulier le pétrole, sont la source la plus intéressante d’énergie que l’humanité connaisse à ce jour.

– Une canette de pétrole (0,30 €) contient plus d’énergie que le travail d’une personne pendant une journée (100 €).

– Le pétrole est liquide, donc facilement transportable et stockable (notamment dans les réservoir de voitures). C’est la seule énergie que l’on trouve dans la nature sous cette forme liquide.

– Le pétrole est plus concentré (il prend moins de place à énergie égale) que toutes les autres énergies excepté l’uranium.

– Le pétrole moins délicat à manipuler que le nucléaire.

– Les émissions de polluants du pétrole sont d’un niveau et d’une nature qui permettrait son utilisation dans de nombreux domaines tout en restant dans des seuils de pollution parfaitement recyclable par l’environnement et sans impact sur la santé humaine.

 

Il n’est donc pas étonnant que l’humanité ait eu recours de plus en plus massivement au pétrole (et avec lui les énergies fossiles) depuis un siècle et demie : 80 % de l’énergie utilisée dans le monde vient des des énergies fossiles : un quart de pétrole, un cinquième de charbon et un sixième de gaz. Pour le reste : le bois pour 10 %, l’hydraulique et le nucléaire pour 5 % chacun, les autres énergies étant marginales.

 

Ces énergies ont permis la multiplication par 3 de la consommation d’énergie par personne dans le monde (bien plus dans les pays “développés”). C’est principalement cela qui a rendu possible la plus grande partie du confort moderne : production massive d’objets manufacturés, déplacements faciles et possibilité de voyages lointain, construction et chauffage de maisons individuelles, alimentation diversifiée quelle que soit la saison avec forte proportion en viande, etc.

 

Or, il semble que cette utilisation massive d’énergie fossile ne puisse durer plus longtemps :

– En 50 ans, nous avons consommé quasiment la moitié du pétrole que l’on peut extraire du sol,

– Nous avons également consommé le pétrole le plus simple à produire, et donc le moins coûteux.

– Les capacités globale de production semblent plafonner.

Il y a donc un certain nombre d’indices qui indiquent que l’extraction (et donc la consommation) mondiale est sur le point d’atteindre son maximum et de commencer à diminuer.

En parallèle, l’Europe n’a que très peu de ressources dans ces énergies et la consommation des pays “émergents” augmente : l’Europe a donc d’encore plus grande chance de voir sa “part de gâteau” diminuer rapidement (c’est même déjà le cas).

 

La situation semble similaire pour le gaz et le charbon avec quelques années de décalage.

 

Or :

– Avec l’organisation actuelle de notre économie, l’utilisation des énergies fossiles, et du pétrole notamment, est indispensable pour son bon fonctionnement (croissance, emploi).

– Il ne semble pas y avoir à ce jour de solutions de remplacement (énergies renouvelables ou nucléaire, selon qu’on l’envisage ou non) qui permettent de produire autant d’énergie que ce que nous consommons en fossiles, même à 50 ans. Ces autres énergies ne semble même pas en mesure de combler la diminution du pétrole disponible, à coût égal, à court terme.

 

Il faut donc rapidement se préoccuper de notre avenir énergétique pour prévoir de se passer d’énergie fossiles à termes. Ceci demande une refonte totale du fonctionnement de nos sociétés et économies au niveau national, de nos comportements, habitudes et consommations au niveau individuel. Ce sera le plein emploi assuré pour réaliser cette oeuvre du siècle.

 

Que faire ?

Au niveau national, tout comme au niveau individuel, travailler sur, par ordre de priorité :

– les changements de comportements afin d’éviter de consommer de l’énergie,

– l’efficacité énergétique,

– les énergies renouvelables et/ou sans carbone.

 

Dans quels domaines ?

Les 4 grands domaines consommateurs d’énergie :

logement : isolation, pull, chauffage non fossile ;

transport : habiter près du travail et des amis, faire du vélo, covoiturer ;

alimentation : manger local et plus de légumes ;

consommation de bien et de services : acheter de meilleure qualité pour garder plus longtemps les choses, retrouver les goût des loisir sans carbone (musiques, peinture, danse, lecture, etc.)